ELISABETH SOURIAU - Qui suis-je ?

Je suis Elisabeth, femme alchimiste au service de la vie.
J’accompagne les femmes sur leur chemin de transformation alchimique, pour réveiller la vie en elles et révéler leur trésor intérieur.

Je suis une femme passionnée, avec une énergie de feu !

Une femme qui trace son propre chemin, depuis toujours, et qui continue à avancer.
Une femme qui se réinvente et qui s’est lancée dans la « grande aventure d’être soi », comme l’a si bien dit Simone de Beauvoir, l’une de mes passions d’adolescente.

Curieuse et éclectique, je sais me donner le temps et l’espace dont j’ai besoin pour explorer mes centres d’intérêt et aller au fond de mon sujet !
J’aime les univers singuliers qui racontent une histoire et savent m’embarquer en voyage !

Pourtant, m’exprimer, prendre ma place, trouver et suivre ma voie ont longtemps été une lutte, parce que je viens du monde du silence, de l’ombre, des secrets et des tabous.

elisabeth-souriau

Formations

  • Art Thérapie Dynamique (Cassiopée Formation)
  • Psychopathologie (Isthme)
  • Psychogénéalogie (Cassiopée Formation)
  • Ennéagramme (Centre d’Etudes de l’Ennéagramme)
  • Mandala comme outil thérapeutique (Savoir Psy).

Mon parcours

La vie m’a amenée à vivre une série d’évènements traumatiques qui m’ont coupé de moi-même, de mon corps, des autres et de la vie. Perte de ma jumelle, morts, inceste, ruptures et secrets de famille à tous les étages sont les mots clés de mon arbre généalogique.

Très tôt j’ai intégré le fait que je ne pouvais faire confiance à personne et que je n’avais pas le droit de m’exprimer et de vivre pleinement. Alors je me suis retranchée dans mon monde, en mode « survie » : au bord de l’étouffement, la tête tout juste à la surface pour prendre suffisamment d’air.
Je suis devenue renfermée, solitaire, me sentant toujours différente et jamais à ma place. Pas les mêmes goûts, pas les mêmes intérêts ni le même fonctionnement, pas les codes…

Cela ne m’a pas empêchée de réaliser un parcours classique et d’entrer dans une école de commerce. Puis dans le monde professionnel en tant que responsable marketing, poste que j’ai occupé dans plusieurs entreprises industrielles pendant près de 25 ans. Un parcours bien lisse vue de l’extérieur, alors que mon monde intérieur était totalement chaotique.

Pendant tout ce temps j’ai souvent entendu que nous étions atypiques, mon parcours et moi. Façon de dire que je n’entrais pas dans les cases : trop originale, trop sensible, trop intuitive…
Intuition et entreprise ne font pas bon ménage, c’est sûr ! Comment expliquer que tu sens que tel projet, telle proposition… ne va pas fonctionner, que tu en es intimement convaincue mais que tu n’as évidemment aucun argument rationnel pour expliquer ton analyse ? 

Autant te dire que je n’étais ni dans le bon environnement, ni dans le bon job ! Un travail intéressant ne suffit pas quand les valeurs et le sens ne sont pas au rendez-vous.

Alors j’ai tenu bon ! Je dis bien « tenir », parce qu’entre le surinvestissement dans mon travail à la limite du burn-out, des crises de migraine récurrentes et un traitement qui m’assommait et sapait mon énergie… c’était métro, boulot et dodo…
J’avais l’impression d’être dans un long tunnel embrumé, bien loin de la vie que je pouvais imaginer… et sans voir de porte de sortie.

Mes seuls intérêts étaient la psychologie, la compréhension du fonctionnement de l’être humain, et l’art sous toutes ses formes, et c’est ce qui a motivé mon cheminement personnel.
Je suis entrée « en thérapie » quand j’étais étudiante, et je n’ai jamais cessé d’explorer depuis, en me tournant vers d’autres approches qui me correspondaient mieux et qui sollicitent le corps, le ressenti et l’inconscient : yoga, méditation, art thérapie, danse des 5 rythmes, life art process, sons, chamanisme…

A l’époque je ne me sentais pas créative du tout, mais alors pas du tout, en tout cas pas sur le plan artistique ! C’était déjà en moi, mais je ne m’autorisais tout simplement pas à le voir et encore moins à laisser cette partie de moi vivre au grand jour.

Quel cap que celui de mes 40 ans ! Comme une secousse pour me sortir de ma torpeur et ouvrir les yeux. Regarder en face mon chemin de vie et les épreuves que j’avais traversées… avant de pouvoir les transformer et me recréer. C’est grâce à cette crise (oui, je dis bien grâce…) que j’ai compris que je passais à côté de ma vie et que je ne pouvais ni ne voulais plus continuer comme avant, que je suis sortie de la passivité pour reprendre ma responsabilité, mon pouvoir, et les rênes de ma vie.

L’idée de changer de voie professionnelle, pour retrouver du sens et honorer mes valeurs, a germé dans mon esprit, et j’ai commencé à me former : ennéagramme, psychogénéalogie
Quelques années plus tard, une nouvelle épreuve m’a permis de clarifier ma vision. La fin de vie de ma mère m’a envoyé un double message : mon accompagnement passera par la création, la créativité et l’art thérapie, et c’est maintenant !

De l'ombre à la lumière : oser s’exprimer et se réaliser pleinement

Me voilà donc de l’autre côté avec toi !

Avec du recul, je vois clairement le fil rouge de mon parcours : trouver mon accomplissement à travers la libre et pleine expression de moi-même. Me réaliser en m’autorisant à être qui je suis et le vivre vraiment, en grand. Marcher ma voie, qui n’appartient qu’à moi, et porter ma voix et mes couleurs uniques.

C’est à cela que je souhaite contribuer avec mes accompagnements.

Cela nécessite de marcher le chemin du retour à toi-même.  
D’accéder à ces parts qui ont été enfouies, reniées, censurées, et qui hurlent parce qu’elles ont quelque chose à dire et à offrir, à toi et au monde.
De les accueillir et les assumer au grand jour, même si ça te fait peur, parce que c’est là qu’est ta plus grande puissance.
De révéler tes ressources, qui sont déjà là, et tes aspirations les plus vraies, pour passer à une nouvelle étape.
Et de te déployer pour trouver ton propre accomplissement.

Vivre ta vie plutôt que la rêver, c’est t’autoriser à t’éclater dans le grand bain plutôt que de vivoter, plus ou moins bien, dans la pataugeoire ou le petit bain. C’est un sacré saut à faire, et c’est ce moment de bascule que je facilite.

Ce moment de grande vulnérabilité et d’immense potentiel où tu sais que tu as envie de changer, d’aller vers autre chose, mais que tu as peur, vraiment. D’ailleurs ta peur est un bon indicateur du potentiel qui t’attend si tu t’offres ce pas en avant.

C’est un peu comme si tu marchais sur une ligne de crête.
Si tu regardes en arrière tu te dis « oh non, pas encore, ce n’est plus moi, j’en ai assez, je n’en peux plus ! ».
Et si tu regardes devant toi… ça te donne le vertige ! « Je ne sais pas vers quoi aller, et encore moins comment, et que va-t-t-il se passer si, est-ce que c’est vraiment pour moi… ? »

Alors tu tournes en rond, tu hésites, tu remets à plus tard… tout en sachant que ça n’est pas la bonne solution !

Je ne sais pas combien de fois j’ai vécu de tels moments… et je sais que ça n’est pas fini !
Je sais aussi à quel point cheminer à deux pendant un certain temps est un accélérateur pour aller plus loin et plus vite. 

 

La création, c’est la vie et le mouvement.
C’est aussi l’expression, jusqu’aux parts de toi dont tu ne soupçonnes même pas l’existence.
L’émerveillement de la découverte, très souvent.
Le chaos parfois.
La transformation, puissamment.
Et la reconstruction, enfin.

Créer pour se recréer, et pour se récréer aussi !

créativité

Photographie Elisabeth SOURIAU par ©GwladysLouiset

Faire connaissance différemment : voici mon portrait chinois !

chat

Si j’étais un animal…

Je serais un chat. Indépendant, territorial, joueur et calin. Avec ses moments de folie aussi !

forêt

Si j’étais un lieu…

Je serais une forêt.
La terre, les végétaux, les animaux et bien d’autres présences. Une énergie apaisance et régénératrice.

orange

Si j’étais une couleur…

Je serais le orange.
Chaleureux et rayonnant, symbole de l’énergie de vie et de la créativité, et source de bonne humeur !

Si j’étais une artiste…

Je serais PJ Harvey.
Tour à tour sauvage et vulnérable, toujours à se réinventer et sans compromission.

personnalité

Si j’étais une personnalité…

Je serais Simone de Beauvoir.
Féministe, inspirante, incroyablement libre, et qui a créé sa vie en s’affranchissant des normes de son époque

Si j’étais une déesse…

Je serais Kali. La mère et la transformatrice, alliance de la terre et du feu, protéiforme, sauvage et indomptée.
(Photo Oracle de Kali par Alana Fairchild / Jimmy Manton)

Si j’étais une saison…

Je serais le printemps.
Pour le renouveau de la lumière, des énergies et de la nature.
Renaissance !

chocolat

Si j’étais un aliment…

Je serais le chocolat.
La douce médecine du cacao, en une infusion lente.
Du chocolat noir, forcément, corsé et subtil à la fois.

Recevez votre outil pour lâcher prise et vous recentrer en 3 étapes

En validant votre demande, vous serez automatiquement ajouté à la liste de diffusion de la newsletter pour recevoir les actualités, nouveaux articles et vidéos. Vous pourrez vous désabonner à tout moment de cette liste